En Asie - Les Philippines

[Retour]


Pastorale de l'Enfance

Continuant à répondre à l'appel de la Bonne Mère, Sainte Jeanne Émilie de Villeneuve : "Allez la où voix des pauvres nous appelle" nous suivons la mission de la Pastorale de l'enfant.

Profession religieuse de

Hashmat Ashraf et Nicolas Sahaya Subajini...



Echos de la visite papale aux Philippines

Le PAPE nous a quittés ce matin pour Rome, après un séjour riche en grâce, en miséricorde et compassion.

Hier matin il a rencontré les jeunes à l’université Santo Tomas des Dominicains. Aux jeunes il donnera un triple langage celui du réfléchir, sentir et faire. Il dira « … Nous avons tant d'informations mais peut-être nous ne savons pas quoi en faire. Donc nous courons le risque de devenir les musées des jeunes qui ont tout, mais ne sachant pas quoi faire de tout cela. Nous n'avons pas besoin de jeunes musées mais nous avons vraiment besoin de jeunes saints. Vous me poserez surement la question : Saint Père, comment devenir des saints ? Ceci est un autre défi. C'est le défi de l’amour. Quel est le sujet le plus important que vous devez apprendre à l'université ? Quel est le sujet le plus important que vous devez apprendre dans la vie ? C’est apprendre à aimer. Voilà le défi que la vie vous offre : apprendre l’art d’aimer. Non juste pour accumuler des informations sans savoir quoi en faire Mais par amour laissé ces informations porter des fruits en vous ».

 

C’était un véritable dialogue d’un pasteur avec ses jeunes

Dans l’après midi ce fut l’apothéose, devant plus de 6 millions de personnes et sous une pluie battante toute la journée que le saint père a communié à la foi agissante du peuple Philippin. Toutes les sœurs ont été témoins de ces moments de grâce. Il demandera à l’Eglise des Philippines de rester missionnaire et moteur de la foi en Asie car Dieu nous a choisis pour témoigner.

Le Cardinal Tagle au nom de tous nous engage à nous unir au Christ pour prier pour le Saint Père. Il traduit au pape le désir de tous les Philippins d’aller avec lui, non pas à Rome, mais à la périphérie de toute les situations modernes qui interpellent notre Eglise locale et Asiatique.

Ce matin à 10 h a pris fin la visite du Pape, Oui ce que nous avions vu, entendu, expérimenté et partagé, nous a renouvelés et nous a interpellés pour rendre témoignage du Christ et de l’espérance qui est en nous.

Merci très saint père.

Sr Geneviève Mandiouba

 

Le Pape continue de nous transmettre le message miséricordieux de Dieu notre père, thème de sa visite.

Le 16 au matin à la cathédrale Immaculée conception de Manila il disait, aux évêques, prêtres  religieux, religieuses, après la première phrase de son Homélie : « Est-ce que vous m’aimez ? merci  beaucoup » « … l'Église des Philippines est à son cinquième centenaire d’évangélisation, nous exprimons notre gratitude pour l'héritage laissé par tant d'évêques, prêtres et religieux de générations en générations. Ils ont peiné non seulement pour prêcher l'Évangile et faire grandir l'Église dans ce pays, mais aussi forger une société inspirée par le message de l'Évangile par des œuvres de charité, de pardon et de solidarité dans le service de l'intérêt commun. Aujourd'hui vous continuez ce travail d'amour. Comme eux, vous êtes appelés à  construire des ponts, à faire paître le troupeau de Christ et préparer des chemins nouveaux pour l'Évangile en Asie à l'aube d'un nouvel air. »

Dans l’après midi c’est au tour des milliers de familles de le recevoir à l’aréna du centre commercial de Mall of Asia.

« Notre monde a besoin de bonnes et fortes familles pour surmonter ces menaces! Les Philippines ont besoin de saintes et affectueuses familles pour protéger la beauté et la vérité de la famille dans le plan de Dieu et être un support et un exemple pour d'autres familles. Chaque menace à la famille est une menace à la société elle-même. L'avenir de l'humanité, comme le disait souvent Saint Jean-Paul II, passe par la famille (cf. Familiaris Consortio, 85). Protégez vos familles! Voyez en elles le plus grand trésor de votre pays et nourrissez-les toujours par la prière et la grâce des sacrements… Soyez les sanctuaires de respect de la vie, proclamant le fait d'être sacré de chaque vie humaine de la conception à la mort… »



Miséricorde et  compassion 


Exode 33, 18-19 « Moïse dit : Fais-moi voir ta gloire ! Yahvé répondit : Je ferai passer devant toi toute ma bonté, et je proclamerai devant toi le nom de Yahvé ; je fais grâce à qui je fais grâce, et miséricorde à qui je fais miséricorde. »


Chers frères et sœurs, nous savons que vous êtes nombreux à  nous suivre depuis vos lieux respectifs. Oui nous chantons avec le peuple Philippin, « Le Seigneur visite son peuple, Alleluia, terre exulte et chante »


Ce pourquoi nous prions depuis trois mois dans toutes les églises des Philippines et à toutes les messes, celui pour lequel nous implorons le ciel de nous gratifier un beau temps le 15, 16, 17, 18 et 19 Janvier nous l’avons accueilli aujourd’hui avec un cortège de foule immense que nul ne pouvait dénombrer.


Oui pour tous il se nomme pape François mais pour nous il est le visage miséricordieux et plein d’amour du Seigneur qui vient nous visiter, qui vient partager, expérimenter notre réalité. Il est venu nous dire combien Dieu est miséricordieux et plein d’amour pour nous. Combien il partage nos souffrances, nos espoirs et notre croissance. 

Elles étaient là, en deux groupes !

 Rosangela Maria et Marie Béatrice à MANILLE : novembre 2014


Communauté de PAG  ASA

     Nous avons eu un accueil chaleureux à l'aéroport de Manille où presque toutes les sœurs, novices et postulantes nous attendaient.

 

    Notre première semaine s’est passée dans la communauté de Pag Asa où se sont vécus des moments de célébration avec les membres de la communauté ainsi qu’avec les deux aspirantes Maria Hong et Maria Kieu qui viennent d'arriver du Vietnam. Thérèse Elisabeth et Maria nous ont fait visiter le quartier de Tala où elles font la Pastorale de l’Enfant et le projet d’Emilie’s Home qui offrent aux enfants la possibilité d'étudier, de porter l’uniforme et de manger à l'école.

L'Assemblée


Communauté de KAMIAS

Dans la communauté de Kamias – maison de formation - nous avons été accueillis avec de la musique et de la guitare et un "welcome" dessiné sur le sol et patiemment décoré par des postulantes artistes

 

.

Des dialogues personnels, des réunions communautaires, des moments de célébration faisaient partie du "être ensemble". Des journées pleines et intenses.

 

L'Assemblée a eu lieu les 8 et 9 novembre, un premier temps a été dédié à la formation sur le thème "gestion du changement" et l’autre aux sujets de la délégation, il y eut aussi un moment pour un partage profond entre les sœurs et les jeunes en formation. De nouvelles significations pour les changements que nous devons faire. À la fin, elles ont exprimé leur vécu comme espoir, action de grâces, renouvellement, joie, vie, engagement.

 

Le deuxième jour, nous avons cherché ensemble à prévoir des pas pour l'avenir, à partir de l'axe transversal de l'économie solidaire.

 

Dans le cadre de la formation, le 12 fut un moment supplémentaire avec la sœur Philippine Agnes, Mercedaria Missionnaire, qui a partagé le thème "multiculturalité de la communauté". Un thème qui nous interpelle beaucoup et qui mérite réflexion car il contribue à améliorer la qualité des relations entre les différentes nationalités.

 

Nous rencontrons également les agents de la pastorale de l’Enfant qui préparaient le complément alimentaire. (photos ci-dessous)




Priyangika

Jeune Professe

Subajini et Hashma novices, Jennibeth et Jeewani postulantes

pour en savoir plus>


Communauté formatrice et missionnaire

 

Nous accompagnons 105 enfants, en collaboration avec les volontaires de la pastorale de l’enfant, pastorale qui traite de la santé, de l’éducation, de l’évangélisation des familles, des femmes enceintes et des enfants nouveau-nés jusqu’à 6 ans, spécialement les plus mal nourris. Nous avons aussi, Emilie’s Home (Le foyer d’Emilie), qui est un programme pour les enfants du primaire de 7 à 12 ans afin de leur enseigner les valeurs nécessaires dans la vie quotidienne et en même temps nous leur donnons un repas chaud et riche deux fois par semaine. Cette mission de proximité nous la pratiquons auprès des plus pauvres, ceux qui vivent le long de la rivière et sous le pont. Il y a plus ou moins 190 enfants dans trois différents quartiers, cela nous permet de vivre concrètement l’appel d’Emilie : aller là où la voix de pauvre nous appelle pour y animer la vie.

Merci du cœur

Aux Drs. Nicole et Max Nebout, Sabine et Louis Deymier, Père André Arnal de la paroisse de Lacaune pour la scolarité des enfants, à Mr. Gally de Suisse, Pondo ng Pinoy (une fondation des évêques ici aux Philippines) à Sœur Françoise d'Ambrosio de la Congrégation de la Sainte Famille de Bordeaux qui a pensé à nos enfants et à tous ses amis de France qui ont donné de quoi acheter du riz. Merci aussi à nos amis du Sénégal qui par sœur Paul Marie ont aidé et continuent à le faire afin de permettre à plusieurs jeunes de finir leurs études universitaires. Cinq d'entre eux ont déjà achevé leurs études avec succès et quelques_uns/unes.travaillent déjà et peuvent à leur tour aider leurs familles. Nous devons aussi mentionner le Dr Holger Schilling allemand ainsi que Adolpf et Charlotte d'autriche qui ont régulièrement envoyé des dons pour aider à la pastorale de l'enfant et soulagé des besoins ponctuels de plusieurs familles. Merci à tous ceux et celles qui, dans la Congrégation, et ici nous ont soutenues. Les nombreux typhons n’ont laissé personne indifférent et si de solides maisons ont été dévastées, a plus fortes raisons les cases des pauvres !

30 familles, qui vivaient sous le pont et que nous encadrions au niveau de la pastorale de l’enfance ont été relogées par le gouvernement. Ces femmes se retrouvent avec une chambre, une cuisine, des toilettes, elles ont l’eau et l’électricité grâce à nos bienfaiteurs. Tous les premiers vendredis du mois nous continuons l’accompagnement.

Nous avons aussi une de nos volontaires, Minette, dont la fille Angélica, qui a maintenant 10 ans, était née aveugle d’un œil. Elle a pu être opérée de l’œil gauche. Maintenant, elle a une lentille et son visage est devenu agréable. Elle avait toujours la tête baissée au milieu de ses camarades de classe, qui la surnommait la borgne ; aujourd'hui elle sourit et fait partie de la chorale des enfants le dimanche. Il faut dire que nous avons 9 messes les dimanches et donc 9 chorales.